Présentation

  • : Bibliothèque de Saint Savournin
  • Bibliothèque de Saint Savournin
  • : Pour tout savoir sur ce qui se passe à la bibliothèque de Saint Savournin (13)
  • Contact

La bibliothèque est un lieu public. Pendant les heures d'ouverture, vous pouvez y venir sans être inscrit si vous n'empruntez pas de documents.  Les animations et expositions sont ouvertes à tous sans restriction. Invitez vos amis !

Rechercher Sur Le Blog

S'inscrire à la bibliothèque, c'est gratuit pour tout le monde !

12 août 2016 5 12 /08 /août /2016 09:07

La légèreté de Catherine Meurisse

Catharsis de Luz

 

Afficher l'image d'origine   Afficher l'image d'origine

 

La Légèreté : Dessinatrice à Charlie Hebdo depuis plus de dix ans, Catherine Meurisse a vécu le 7 janvier 2015 comme une tragédie personnelle, dans laquelle elle a perdu des amis, des mentors, le goût de dessiner, la légèreté. Après la violence des faits, une nécessité lui est apparue : s'extirper du chaos et de l'aridité intellectuelle et esthétique qui ont suivi en cherchant leur opposé – la beauté. Afin de trouver l'apaisement, elle consigne les moments d'émotion vécus après l'attentat sur le chemin de l'océan, du Louvre ou de la Villa Médicis, à Rome, entre autres lieux de renaissance.

Catharsis : Le 7 janvier 2015, le dessinateur Luz a perdu dans l'attentat commis à Charlie Hebdo, des amis, mais aussi l'envie de dessiner. Alors que la France s'est révélée "Charlie", Luz redevient auteur. Au début, il y a le drame, la douleur, la rage, la perte. Et puis, petit à petit, il y a le besoin de dessiner qui revient, l'envie non pas de témoigner, mais de se mettre à nu, de se libérer.

 

Même démarche, même histoire pour ces deux BD "témoignage". Les parcours présentent des similarités : sidération, souffrance, colère, doutes, importance de l'amour... Mais ils ont aussi leurs spécificités. Les dessins sont très différents : le trait léger et les teintes pastel pour Catherine Meurisse et le trait rageur et très noir de Luz. J'ai ressenti une grande tristesse en lisant ces deux BD devant le gouffre qui sépare notre réaction face à cet attentat et ce que ce moment a pu représenté pour eux. Nous nous sommes tous appelés Charlie, mais quelqu'uns ont été touchés au plus profond de leur être, à un endroit où, malgré toute notre empathie, nous n'irons jamais.

Afficher l'image d'origineAfficher l'image d'origineAfficher l'image d'origine

Partager cet article

Repost 0

commentaires