Présentation

  • : Bibliothèque de Saint Savournin
  • Bibliothèque de Saint Savournin
  • : Pour tout savoir sur ce qui se passe à la bibliothèque de Saint Savournin (13)
  • Contact

La bibliothèque est un lieu public. Pendant les heures d'ouverture, vous pouvez y venir sans être inscrit si vous n'empruntez pas de documents.  Les animations et expositions sont ouvertes à tous sans restriction. Invitez vos amis !

Rechercher Sur Le Blog

S'inscrire à la bibliothèque, c'est gratuit pour tout le monde !

27 décembre 2016 2 27 /12 /décembre /2016 13:13

Les coups de cœur de Béatrice

 

 

Afficher l'image d'origine Le Mystère Henri Pick de David Foenkinos

En Bretagne, un bibliothécaire décide de recueillir tous les livres refusés par les éditeurs. Ainsi, il reçoit toutes sortes de manuscrits. Parmi ceux-ci, une jeune éditrice découvre ce qu'elle estime être un chef-d'oeuvre, écrit par un certain Henri Pick. Elle part à la recherche de l'écrivain et apprend qu'il est mort deux ans auparavant. Selon sa veuve, il n'a jamais lu un livre ni écrit autre chose que des listes de courses...

Un roman très original qui mélange tous les acteurs du monde du livre, mais aussi la Bretagne.

 

 

Afficher l'image d'origine Culottées (tome 1) : des femmes qui ne font que ce qu'elles veulent de Pénélope Bagieu

Margaret, actrice « terrifiante », spécialisée à Hollywood dans les rôles de méchante ; Agnodice, gynécologue de l'Antiquité grecque qui dut se déguiser en homme pour exercer ; Lozen, femme apache, guerrière et chamane ; Annette, sirène australienne qui inventa le maillot de bain féminin… Pénélope Bagieu brosse avec humour et finesse quinze portraits de femmes, combattantes hors normes, qui ont bravé la pression sociale de leur époque pour mener la vie de leur choix.

Cette BD est très différentes de celles faites précédemment par Pénélope Bagieu, notamment la série des "Joséphine". Les portraits sont ceux de femmes dont nous n'avons jamais entendu parler et qui ont pourtant existé et eu des vies hors du commun.

 

Les coups de cœur de Catherine

 

Afficher l'image d'origine L'Insousiance de Karine Tuil

En 2009, de retour d'Afghanistan où il a perdu plusieurs de ses hommes au cours d'une embuscade tendue par les talibans, le lieutenant Romain Roller souffre d'un syndrome de stress post-traumatique. Durant le sas de fin de mission qui a lieu sur l'île chypriote de Paphos, il a une liaison passionnée avec une jeune journaliste et romancière, Marion Decker. Il revoit également Osman Diboula, un ancien éducateur social, fils d'immigrés ivoiriens, qu'il a connu pendant son enfance à Clichy-sous-Bois, et devenu au lendemain des émeutes de 2005 une personnalité montante de la vie politique française. Prix Landernau des lecteurs 2016.

Malgré le titre, il n'est pas ici question d'insouciance puisque tous les personnages du roman l'on perdu. Catherine a beaucoup aimé cette histoire qui parle aussi du besoin de reconnaissance des gens issus des banlieues. Et s'il y a beaucoup de violence, le propos est aussi de dire que l'on peut se reconstruire sur ses blessures.

 

Afficher l'image d'origine Les Maraudeurs de Tom Cooper

A Jeanette, en Louisiane, on survit tant bien que mal grâce à la pêche, de génération en génération, mais depuis le passage de l'ouragan Katrina rien n'est plus pareil. Et quand la marée noire vient polluer les côtes, les habitants sont de nouveau confrontés au pire. Parmi eux, Gus Lindquist, un pêcheur manchot accro aux antidouleurs, qui rêve depuis toujours de trouver le trésor caché de Jean Lafitte, le célèbre flibustier, et parcourt le bayou, armé de son détecteur de métaux. Premier roman étranger parmi les 20 meilleurs livres de l'année 2016 élus par la rédaction de Lire.

La Louisiane et le bayou sont presque les personnages principaux de ce roman. Et pourtant, il y a beaucoup d'habitants, tous plus étonnants les uns que les autres, dans cette région hostile.

 

 

Les coups de cœur de Linden

 

Afficher l'image d'origine Libertango de Frédérique Deghelt

Luis est né en 1935. D'origine espagnole, il vit à Paris avec ses parents et ses soeurs. Luis est handicapé, son côté gauche fonctionne mal, sa démarche est hésitante, sa diction souvent difficile. Dans cette famille ulcérée par la présence d'un enfant abîmé, Luis n'est porté par aucune confiance tutélaire. L'oreille collée au transistor, il s'échappe, grandit en écoutant, en découvrant l'enlacement des arpèges, la beauté des concertos, cantates et symphonies, et chaque partition lui devient peu à peu territoire de savoir.

Pour Linden, même si elle avait bien aimé les précédents romans de Frédérique Deghelt, notamment "La grand-mère de Jade", celui-ci est d'une autre envergure. Il est consacré entièrement à la musique - on y rencontre Astor Piazzolla. C'est le regard passionnant d'un vieil homme sur son passé, passionnant, malgré quelques passages un peu techniques et redondants sur la musique.

 

Afficher l'image d'origine Monsieur Origami de Jean-Marc Ceci

A l'âge de vingt ans, le jeune Kurogiku tombe amoureux d'une femme qu'il n'a fait qu'entrevoir et quitte le Japon pour la retrouver. Arrivé en Toscane, il s'installe dans une usine isolée où il mènera quarante ans durant une vie d'ermite, adonné à l'art du "washi", papier artisanal japonais, dans lequel il plie des origamis. Un jour, un jeune horloger arrive chez Monsieur Origami. Il a le projet de fabriquer une montre complexe avec toutes les mesures du temps disponibles.

La mise en page du texte est particulière, très aérée, à la manière des haïkus. C'est un roman avec beaucoup de silences, ce qui fait du bien. Il s'agit en fait plus d'une longue nouvelle que d'un roman, une histoire sur le temps, très poétique.

Partager cet article

Repost 0

commentaires