Présentation

  • : Bibliothèque de Saint Savournin
  • Bibliothèque de Saint Savournin
  • : Pour tout savoir sur ce qui se passe à la bibliothèque de Saint Savournin (13)
  • Contact

La bibliothèque est un lieu public. Pendant les heures d'ouverture, vous pouvez y venir sans être inscrit si vous n'empruntez pas de documents.  Les animations et expositions sont ouvertes à tous sans restriction. Invitez vos amis !

Rechercher Sur Le Blog

S'inscrire à la bibliothèque, c'est gratuit pour tout le monde !

1 avril 2017 6 01 /04 /avril /2017 13:52

Les coups de cœur de Linden

 

Antarctica ! de Luc Jacquet, Laurent Ballesta et Vincent Munier

Ils sont partis à onze pendant quarante-cinq jours. Une équipée artistique et scientifique pour montrer l'extraordinaire biodiversité terrestre et sous-marine d'un des plus beaux endroits de l'Antarctique : l'archipel de Pointe Géologie. Dirigée par le cinéaste Luc Jacquet, cette expédition est racontée par chacun de ses membres et mise en images par deux photographes, Vincent Munier, sur la banquise, et Laurent Ballesta, sous la glace.

Il y a plus de photos que de textes dans ce très beau récit d'exploration. Mais quelles photos ! Un éblouissement !

 

Le rouge vif de la rhubarbe de Audur Ava Olafsdottir

La petite Agustina, à son habitude, est descendue seule sur la plage à l'aide de ses béquilles et la force de ses bras pour méditer sur l'inconstance de la vie. Il y a longtemps que sa mère, universitaire émérite partie explorer les espèces migratoires aux antipodes, l'a confiée à la bonne Nina, experte en confitures de rhubarbe, boudins au sang de mouton et autres délices. Avec pour père de substitution épisodique Vermandur le bricoleur au grand coeur, celui-là même qui vit accoucher en catastrophe la mère célibataire d'Agustina sur la banquette arrière de sa vieille automobile.

Il s'agit du premier roman de cette auteure islandaise qui parait alors qu'elle a déjà publié trois autres titres aux éditions Zulma, tous très appréciés. Linden a aimé cette histoire pour le courage de l'héroïne qui a un rêve. Il y a beaucoup de tendresse et même tout ce qui pourrait paraître hors norme dans le récit fait partie intégrante du quotidien.

 

Le coup de cœur de Fanfan

 

Numéro 11 : quelques contes sur la folie des temps de Jonathan Coe

Rachel et son amie Alison, dix ans, sont très intriguées par la maison du 11, Needless Alley, et par sa propriétaire qu'elles surnomment la Folle à l'Oiseau. D'autant plus lorsqu'elles aperçoivent une étrange silhouette à travers la fenêtre de la cave. Val Doubleday, la mère d'Alison, s'obstine quant à elle à vouloir percer dans la chanson, après un unique succès oublié de tous. En attendant, elle travaille - de moins en moins, restrictions budgétaires obligent - dans une bibliothèque et trouve refuge dans le bus numéro 11, pour profiter de son chauffage et de sa chaleur humaine.

Il n'est pas facile de résumer ce roman qui est dans la même veine que Testament à l'anglaise : un roman politique, engagé. Pour Fanfan, Jonathan Coe est le Ken Loach de la littérature anglaise.

 

Les coups de cœur de Béatrice

 

La petite boutique japonaise de Isabelle Artus

La jolie Pamela qui - allez savoir pourquoi - voulait devenir geisha, grandit dans un pavillon à Melun-Sénart. Autant dire que ce n'était pas gagné d'avance. Pendant ce temps, après une enfance morose rythmée par les épisodes de la série Kung Fu, le jeune Thad fini par devenir un homme... de main. Leur histoire vous apprendra que pour trouver l'amour, il faut d'abord se connaître soi-même et en passer par maintes aventures et autres rebondissements au pays du Soleil levant.

Même s'il est beaucoup question du Japon, le roman se déroule en France. La rencontre des deux protagonistes est improbable. Le ton est drôle, léger. Les têtes de chapitre ont été soignées et font l'objet d'un intitulé original et inattendu.

 

Voici venir les rêveurs de Imbolo Mbue

Aux États-Unis et au Cameroun, en 2007. Nous sommes à l'automne 2007 à New York et Jende Jonga, un immigrant illégal d'origine camerounaise, est en passe de réaliser son rêve : après avoir été plongeur et chauffeur de taxis, il vient de décrocher un emploi de chauffeur pour Clark Edwards, riche banquier à la Lehman Brothers. Pour Jende, tout est désormais possible : il va enfin pouvoir offrir à Neni, son amoureuse, les études de pharmacienne dont elle rêve. Grand prix littéraire de l'Afrique noire ADELF 2017.

C'est un roman très beau, mais très triste sur l'échec du rêve américain. Il n'y est pas question de ségrégation raciale, mais sociale.

 

Le jour où Anita envoya tout balader de Katarina Bivald

L'été de ses 18 ans, Anita Grankvist s'était fixé trois objectifs dans la vie : apprendre à conduire une moto, acheter une maison et devenir complètement indépendante. Presque vingt ans plus tard, Anita est certes indépendante, mais n'a toujours pas réalisé ses deux autres rêves. Elle mène une petite vie tranquille, seule avec sa fille, et travaille au supermarché local. Le départ d'Emma pour l'université va bouleverser ce quotidien un peu plan-plan.

Par l'auteur de La bibliothèque des coeurs cabossés et dans la même veine, cette histoire légère met de bonne humeur. Ce n'est pas un luxe par les temps qui courent...

 

Les coups de cœur de Catherine

 

L'échappée belle du bibliobus de David Whitehouse

À douze ans, Bobby passe ses nuits à répertorier cheveux, vêtements et autres traces de la vie de sa mère en attendant son retour… qui ne viendra pas. Cette dernière est morte brutalement, et le jeune garçon n'est pas prêt à l'accepter. Battu par son père, Bobby se croit seul au monde jusqu'au jour où il rencontre Val et sa fille handicapée, Rosa. Tous trois nouent des liens très forts et passent un été magique parmi les livres du bibliobus où Val est femme de ménage.Mais, bientôt, une rumeur sur la nature de la relation entre la mère célibataire et l'adolescent se propage dans la ville.

L'écriture n'a rien de remarquable, mais c'est une histoire extrêmement sympathique construite sous la forme d'un road-movie. L'intrigue est bien menée et les bons sentiments font du bien.

 

 

Le fils de mille homme de Valter Hugo Mae

Crisostomo, un pêcheur solitaire, décide à quarante ans de prendre son destin en main. Il s'invente une famille, comme si l'amour était avant tout la volonté d'aimer. Il choisit un fils en apprivoisant le petit orphelin abandonné par le village, puis une femme au passé tourmenté les rejoint, et autour de ce noyau se forme une famille peu commune de laissés-pour-compte et d'éclopés. Ce bricolage affectif se révèlera inventif et profitable pour tous et éveillera entre les membres de cette communauté un amour bienveillant et généreux. 

L'auteur construit des personnages étranges aux vies pleines de vicissitudes et dont la rencontre va construire un type de rapports et d'amour particulier à chacun. Ce texte sensible et humain au style ciselé est un éloge de tous ceux qui résistent aux injonctions de l'évidence. Cette expérience d'amour de l'humanité explique finalement comment le rêve change la vie. Une fable bien écrite dans une langue poétique et enchanteresse.

 

J'ai vu un homme de Owen Sheers

Michael Turner pénètre en leur absence dans la maison de ses amis londoniens, Josh et Samantha Nelson. Il déambule de pièce en pièce, s'attardant sur les photos de famille. Un bruit vient interrompre cette étrange inspection : il découvre le corps sans vie de la petite fille du couple. Le doute plane : est-il un simple témoin ou un redoutable manipulateur ? Car Michael est un personnage énigmatique : il a quitté New York après le décès de sa femme, Caroline, journaliste tuée au Pakistan. Il agit toujours en ami parfait, attentionné. Presque trop. Que cache cette façade lisse ? Est-ce sa manière à lui d'oublier le chagrin ?  

J'ai vu un homme est un roman qui tient le lecteur en haleine jusqu'à la dernière page, livre sur le deuil et la culpabilité, les personnages y sont tout à la fois victimes et coupables, un peu comme nous tous. Formidable voyage dans des mondes intérieurs où chacun de nous peut se projeter !

 

La maison des hautes falaises de Karen Viggers

Afin d'échapper à des souvenirs douloureux, Lex Henderson part s'installer dans un petit village côtier, loin de tout. Les promenades sur la plage et la contemplation des richesses de la nature lui permettent de reprendre goût à la vie. Lui qui n'avait plus rien ressenti depuis si longtemps se voit renaître. Il fait alors la connaissance de Callista Bennett, artiste locale aux fêlures proches des siennes.  

Voici l'occasion d'un beau voyage en Australie, avec même des observations très documentées sur le sauvetage des baleines (l'auteur est aussi vétérinaire).

 

L'ombre de Gray Mountain de John Grisham

Nous sommes en 2008. La carrière de Samantha Kofer dans un grand cabinet d'avocats de Wall Street est sur des rails dorés... Mais la récession frappe soudain. La jeune femme se retrouve du jour au lendemain au bas de l'échelle, limogée, raccompagnée vers la sortie, quasiment jetée dehors par une escorte de vigiles. Samantha a toutefois de la "chance" dans son malheur ; un cadeau de ses supérieurs : si elle accepte de travailler gratuitement pendant un an dans un centre d'aide juridique, elle pourra peut-être réintégrer sa place au cabinet.  

John Grisham a lui-même été avocat et il raconte dans ce roman les dessous d'un dossier environnemental en pays minier.

 

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires