Présentation

  • : Bibliothèque de Saint Savournin
  • Bibliothèque de Saint Savournin
  • : Pour tout savoir sur ce qui se passe à la bibliothèque de Saint Savournin (13)
  • Contact

La bibliothèque est un lieu public. Pendant les heures d'ouverture, vous pouvez y venir sans être inscrit si vous n'empruntez pas de documents.  Les animations et expositions sont ouvertes à tous sans restriction. Invitez vos amis !

Rechercher Sur Le Blog

S'inscrire à la bibliothèque, c'est gratuit pour tout le monde !

7 avril 2017 5 07 /04 /avril /2017 07:40

Ouessantines de Patrick Weber et Nicoby

 

Ouessantines raconte une histoire de femmes. Une histoire de secret liant les plus vieilles femmes de l'île. Une histoire de proella, la fameuse croix de cire portée en terre au cimetière pour incarner les corps des disparus. Une histoire de naufrage et de phare battu par les vagues. En guise de décor, les paysages de landes seulement peuplés de moutons et ce terrible brouillard qui trouble non seulement la vision mais aussi l'esprit des habitants de ce bout de terre au bout du monde. Lorsqu'une continentale débarque sur l'île pour ouvrir une maison d'hôtes, elle se heurte à des réactions hostiles, de lourds silences et de lointains secrets qui finissent par lui pourrir la vie. Puis, un jour survient un suicide étrange, celui de Marie, une femme trop vieille pour ne pas attendre paisiblement la mort...

 

Le scénario n'est pas inoubliable, mais j'ai lu cette BD alors que je venais tout juste de finir "Ressentiments distingués" ce qui m'a maintenu dans cette atmosphère îlienne particulière. Il y a une partie documentaire à la fin de l'ouvrage.

Partager cet article

Repost 0
4 avril 2017 2 04 /04 /avril /2017 07:28

Ressentiments distingués de Christophe Carlier

 

Le microclimat de l'île : pluie et bourrasques. Ce qui n'empêche pas ses habitants d'avoir un bon fond, et d'accueillir le facteur avec un sourire, quel que soit son retard. Le pauvre homme souffre d'arthrose ; mais l'heure de la tournée n'intéresse pas grand monde. Nul n'envoie plus de lettres d'amour et les factures arrivent toujours trop tôt. Jusqu'à ce que des missives malveillantes atterrissent dans les boîtes aux lettres. Un corbeau avive les susceptibilités, fait grincer les armoires où l'on cache les secrets.

 

Ce court roman nous plonge dans l'atmosphère malsaine que provoque des lettres anonymes, le tout exacerbé par le fait que l'action se déroule sur une île. En fait, les lettres ne disent pas grand chose. Le corbeau lui-même a-t-il vraiment quelque chose à dire ? C'est ce qui fait aussi l'intérêt de cette histoire car dans la deuxième partie, l'auteur essaye de comprendre la psychologie et les motivations de celui qui veut se faire entendre sous couvert d'anonymat.

Partager cet article

Repost 0
31 mars 2017 5 31 /03 /mars /2017 13:33

La passion de Dodin-Bouffant de Mathieu Burniat

 

Dodin-Bouffant, le plus fin des gourmets, doit trouver une nouvelle cuisinière. Cette quête, qui lui semble tout bonnement impossible, pourrait bien prendre la forme d'une délicieuse histoire d'amour. Dodin-Bouffant est un passionné de cuisine. Fin gourmet, arbitre reconnu des saveurs, il voue à l'art culinaire un véritable culte qu'il pratique avec la complicité ? de sa talentueuse cuisinière, Eugénie Chatagne. La disparition inopinée de cette dernière advient comme une catastrophe qui ébranle jusqu'au sens même de sa vie. La recherche d'une remplaçante l'entraîne dans une trépidante saga dont les péripéties dévoilent combien la cuisine est une oeuvre de choix qui veut beaucoup d'amour...

 

Mathieu Burniat adapte en BD un roman de Marcel Rouff qui connut un certain succès lors de sa parution en 1925. Le trait se veut dans l'esprit des caricatures de Daumier et nous plonge dans l'ambiance baroque de la bourgeoisie de la fin du XIXème. Les décors comme les menus sont riches et chargés ! Mais la lecture est légère et savoureuse.

 

Partager cet article

Repost 0
28 mars 2017 2 28 /03 /mars /2017 13:18

Etre à distance de Carla Gelfenbein

 

Vera Sigall, romancière octogénaire aussi discrète qu'adulée, est retrouvée inconsciente au pied de son escalier, victime d'une chute supposément accidentelle - mais une porte dérobée de sa maison est restée entrouverte... Son ami Daniel, de cinquante ans son cadet, architecte sans illusion et mari mal aimé, est troublé par les conclusions de l'enquête. Dans la salle d'attente de l'hôpital, il fait la connaissance d'Emilia, étudiante franco-chilienne qui consacre sa thèse à l'oeuvre de la romancière.

 

Le roman nous fait entendre les voix de Daniel et Emilia, celle d'Horacio, l'ancien amant de Véra. Véra est la seule que l'on n'entendra pas, clouée dans son lit d'hôpital et dans le coma. Une belle histoire d'amour et d'amitié autour de la littérature, des étoiles et de la gastronomie.

Partager cet article

Repost 0
24 mars 2017 5 24 /03 /mars /2017 14:45

Les deux vies de Baudouin de Fabien Toulmé

 

Baudouin est un trentenaire solitaire, enfermé dans un quotidien monotone. Son frère, Luc, est à l'inverse un esprit libre, voyageur et séducteur. Un jour, Baudouin se découvre une tumeur qui ne lui laisse que quelques mois à vivre. L'antihéros décide alors de tout plaquer pour partir avec son frère. Un récit touchant sur les liens familiaux et sur le thème universel de la réalisation personnelle.

 

J'ai tout aimé dans cette BD : le dessin précis mais simple, les couleurs lumineuses pour l'Afrique, assourdies pour les souvenirs et une histoire qui m'a émue aux larmes par moment. Mais je suis très sensible...

Partager cet article

Repost 0
21 mars 2017 2 21 /03 /mars /2017 14:41

Groenland Vertigo de Hervé Tanquerelle

 

Invité à participer à une expédition danoise au Nord-Est du Groenland, Georges Benoît-Jean, dessinateur maladroit et angoissé, va devoir s'adapter aux situations les plus rocambolesques. Attention, le vertigo arctique n'est jamais bien loin ! Une comédie d'aventure inspirée de faits réels.

 

La ligne graphique est résolument claire et belge, puisque la typo du texte est celle utilisée par Hergé. Les couleurs sont très gaies pour un Grand Nord dont les tonalités sont a priori plus sourdes. Et l'histoire est vraiment très drôle, dans la droite ligne des racontars arctiques de Jorn Riel, personnage truculent qui porte un autre nom dans cette histoire mais qui est facilement identifiable. Et je suis une inconditionnelle des Racontars (à lire en version nouvelles de Jorn Riel ou adaptés en BD par Tanquerelle).

Partager cet article

Repost 0
17 mars 2017 5 17 /03 /mars /2017 14:16

Tu sais ce qu'on raconte... de Gilles Rochier et Michel Casanave

 

Tu sais ce qu'on raconte… Il paraît que… Le fils Gabory… Vous n'êtes pas au courant ? Toute la ville ne parle que de ça. Il est revenu. Le môme, qui ? Celui-là même. Ben il manque pas de culot ! Attends, c'est pas clair cette histoire. Mais il veut quoi ? Ah ça ! Les gendarmes le savent ? Il faut faire quelque chose !

 

Et la rumeur enfle, se répand... Uniquement à partir de phrases qui ne sont que des lieux communs, le lecteur découvre, effaré, la propagation de la rumeur. Un phénomène qui parlera peut-être plus aux habitants de petites villes qu'aux métropolitains. Cela nous fait réaliser que nous avons tous, un jour ou l'autre, contribué à ce type de ragots. Shame on us !

Partager cet article

Repost 0
14 mars 2017 2 14 /03 /mars /2017 15:16

Trois saisons d'orage de Céline Coulon

Les Fontaines. Une pierre cassée au milieu d'un pays qui s'en fiche. Un morceau du monde qui dérive, porté par les vents et les orages. Une île au milieu d'une terre abrupte. Je connais les histoires de ce village, mais une seule les rassemble toutes. Elle doit être entendue. L'histoire d'André, de son fils Benedict, de sa petite-fille, Bérangère. Une famille de médecins. Celle de Maxime, de son fils Valère, et de ses vaches. Une famille de paysans. Et au milieu, une maison. Ou ce qu'il en reste. Trois générations confrontées à l'Histoire et au fol orgueil des hommes ayant oublié la permanence hiératique de la nature.

 

Je n'ai pas cru à cette histoire où la nature, en France et en plein XXème siècle, est présentée comme un élément extrêmement sauvage et impétueux. Tout est trop caricatural et je n'ai pas réussi à m'attacher aux personnages dont les portraits sont incomplets et improbables.

Partager cet article

Repost 0
10 mars 2017 5 10 /03 /mars /2017 14:48

Une année dans la vie de Johnsey Cunliffe de Donal Ryan

Ce roman est le portrait grinçant de l'Irlande d'aujourd'hui et le récit bouleversant d'un homme qui ne trouve pas sa place. Jeune paysan naïf et solitaire, Johnsey vit à l'écart du monde. Il travaille à la coopérative du village, sans autre lien que sa famille. À la mort de ses parents, il hérite de leur ferme, éveillant aussitôt la jalousie de la communauté. Et lorsqu'il refuse de vendre ses terres à un consortium qui promet la prospérité à tout village, Johnsey devient un ennemi aux yeux des autres… Une année dans la vie de Johnsey Cunliffe raconte, au jour le jour, le combat d'un homme seul pour donner un sens à sa vie dans un monde qui en est dénué.

 

Mois après mois, c'est toute la vie de ce jeune homme de 25 ans que nous découvrons, vie constituée de plus de souffrances que de plaisirs. On finit même, tout comme lui, par douter de l'honnêteté des rares personnes qui l'approchent. Un peu trop noir et pessimiste pour moi... Mais un style admirable.

Partager cet article

Repost 0
7 mars 2017 2 07 /03 /mars /2017 14:56

Sans oublier la baleine de John Ironmoger

 

A Saint-Piran, en Cornouailles, on se souvient encore du jour où le jeune homme nu a été rejeté sur la plage par l’océan. Une entrée en scène des plus originales. Les villageois se portent bien sûr à son secours : l’ineffable Dr Books, le glaneur Kenny Kennett, Demelza, romancière à l’eau de rose, ou encore la pimpante épouse du vicaire. Sans oublier la baleine, à l’arrière-plan, qui ne veut plus quitter la côte. Personne ne sait alors que Joe Haak a fui la City, terrorisé à l’idée que le programme de prédictions qu’il a inventé n’entraîne l’effondrement de l’économie mondiale. Avec ce nouveau venu, un sentiment de fin du monde vient contrarier la quiétude de Saint-Piran...

 

Un bon roman avec une intrigue prenante, des personnages attachants et juste ce qu'il faut pour moi d'invraisemblable pour y croire. Et puis, les Cornouailles sont tellement belles... Saint Piran est leur saint patron et a donné son nom au village de Perranporth, qui lui existe vraiment.

 

 

Partager cet article

Repost 0