Présentation

  • : Bibliothèque de Saint Savournin
  • Bibliothèque de Saint Savournin
  • : Pour tout savoir sur ce qui se passe à la bibliothèque de Saint Savournin (13)
  • Contact

La bibliothèque est un lieu public. Pendant les heures d'ouverture, vous pouvez y venir sans être inscrit si vous n'empruntez pas de documents.  Les animations et expositions sont ouvertes à tous sans restriction. Invitez vos amis !

Rechercher Sur Le Blog

S'inscrire à la bibliothèque, c'est gratuit pour tout le monde !

6 janvier 2017 5 06 /01 /janvier /2017 10:39

Au paradis des manuscrits refusés de Irving Finkel

 

Afficher l'image d'origine

 

La Bibliothèque des Refusés est un établissement des plus singuliers : elle recueille - plus encore, elle sauvegarde - tout texte ayant essuyé refus sur refus de la part des éditeurs. Littérature, poésie, mémoires, récits épistolaires. tous les écrits trouvent leur place sur les étagères de la Bibliothèque des Refusés. L'arrivée impromptue d'une insupportable bibliothécaire américaine, l'imposture d'une actrice se faisant passer pour une étudiante dans l'idée de voler des idées pour son prochain film, la menace de cambrioleurs convaincus de trouver là le gros lot, sans compter l'irruption de nombreux aspirants écrivains.

Irving Leonard Finkel (né en septembre 1951) est un philologue et un assyriologue britannique. Il est assistant au British Museum en écrits de l'ancienne Mésopotamie, spécialiste du cunéiforme. C'est sa pratique assidue des bibliothèques qui lui a sans doute inspiré ce premier roman. J'ai bien aimé cette vison du métier et on sent souvent le vécu. La production éditoriale n'est déjà pas facile à gérer, mais celle de tout ce qui est refusé peut vite tourner au cauchemar ! Mais cette histoire peut-elle intéresser et amuser des gens extérieurs au monde des livres ? A vous de me le dire...

Afficher l'image d'origine Afficher l'image d'origine

Partager cet article

Repost 0
30 décembre 2016 5 30 /12 /décembre /2016 14:46

Le fils de mille hommes de Valter Hugo Mae

 

Le Fils de mille hommes

Crisóstomo, un pêcheur solitaire, décide à quarante ans de prendre son destin en main. Il se construit une famille, puisque l’amour est avant tout la volonté d’aimer. Il choisit un fils en apprivoisant le petit orphelin abandonné par le village, puis une femme au passé tourmenté les rejoint, et autour de ce noyau se forme une famille peu commune de laissés-pour-compte et d’éclopés. Dans cette communauté d’êtres bizarres, tout droit sortis des fables, ce bricolage affectif se révèle inventif et profitable, et chacun finit par s’inventer une famille, même dans les cas les plus désespérés.

L'auteur est né en Angola et vit actuellement au Portugal. J'ai trouvé cette histoire magnifique avec des personnages hors du commun. Le lecteur ne sait pas trop à quelle époque se déroule le roman, mais les sentiments vécus ici sont universels et intemporels. Et, fait rare dans la littérature contemporaine, le monde est regardé avec une certaine bonté et une volonté de croire qu'il peut y avoir un mieux. L'écriture est très belle.

Afficher l'image d'origine Afficher l'image d'origine Afficher l'image d'origine

 

Partager cet article

Repost 0
26 décembre 2016 1 26 /12 /décembre /2016 14:35

La belle amour humaine de Lyonel Trouillot

 

Afficher l'image d'origine

Dans un petit village côtier d'une île des Caraïbes, une jeune Occidentale est venue, sur les traces de son père, éclaircir l'énigme aux allures de règlement de comptes qui fonde son roman familial. Au fil de son voyage, la question essentielle - "Quel usage faut-il faire de sa présence au monde ?" -, se déploie. De la confrontation au partage, ce livre trace une cartographie de la fraternité nécessaire des vivants face aux appétits féroces de ceux qui tiennent pour acquis que le monde leur appartient.

Pour la première fois, j'ai profité d'un long trajet en voiture pour essayer un livre lu. Autant j'apprécie d'écouter de la lecture à voix haute sur une durée autour de l'heure et pour des textes poétiques ou des extraits, je reste partagée sur l'expérience pour tout un roman (plus de 4 heures d'écoute) car je me suis moins bien appropriée l'histoire et, en voiture, la voix finit par être soporifique... Mais la langue de Trouillot est de toute beauté et ce qu'il raconte comme un conte tellement vrai.

Afficher l'image d'origine Afficher l'image d'origine

Partager cet article

Repost 0
23 décembre 2016 5 23 /12 /décembre /2016 09:56

Journal d'un homme heureux de Philippe Delerm

 

Afficher l'image d'origine

 

Ce journal est celui d'un âge d'or. Choisir de vivre à la campagne loin des milieux littéraires et parisiens. Regarder par la fenêtre pousser les fleurs de son jardin, au rythme des saisons. Prendre le temps de vivre sa vie, d'admirer sa compagne, d'aimer son enfant. Écrire en pensant qu'on sera, un jour peut-être, reconnu. Philippe Delerm n'a tenu son journal qu'une seule année de sa vie. Il avait 37 ans. Bien longtemps avant l'ouragan du succès de La Première Gorgée de bière. "Je n'ai sans doute jamais été plus heureux que cette année-là."

J'ai ressenti ce bonheur à la lecture car je suis touchée par les mêmes choses. Les quelques pages ajoutées en 2015 à ce journal de 1998 sont très intéressantes car l'auteur se commente avec le recul.

Afficher l'image d'origine Afficher l'image d'origine Afficher l'image d'origine

Partager cet article

Repost 0
19 décembre 2016 1 19 /12 /décembre /2016 08:59

Une année particulière de Thomas Montasser

 

 

Se retrouver un beau matin avec une librairie sur les bras, Valérie ne s'y attendait pas. Pour elle qui se destinait à une brillante carrière de consultante internationale en économie, quel cadeau empoisonné ! La jeune femme va pourtant se laisser prendre au jeu et, indépendamment des comptes de la boutique au bord de la faillite, découvrir peu à peu la littérature. Kafka, Dickens, Calvino, Pessoa... Une tasse de thé à ses côtés, elle dévore avec joie tout ce qui lui tombe sous la main.

Sans grand intérêt, se lit vite et ne laisse aucune trace.

Afficher l'image d'origine

Partager cet article

Repost 0
16 décembre 2016 5 16 /12 /décembre /2016 09:36

La différence invisible de Julie Dachez et Mademoiselle Caroline

 

Marguerite se sent décalée et lutte chaque jour pour préserver les apparences. Ses gestes sont immuables, proches de la manie. Son environnement doit être un cocon. Elle se sent agressée par le bruit et les bavardages incessants de ses collègues. Lassée de cet état, elle va partir à la rencontre d'elle-même et découvrir qu'elle est autiste Asperger. Sa vie va s'en trouver profondément modifiée.

Une BD très didactique sur une des formes de l'autisme, un handicap mal connu. Le terme autisme recouvre des formes très variées de symptômes. Vous pouvez également voir au cinéma "Dernières nouvelles du cosmos" de Julie Bertuccelli, documentaire sur la jeune femme connue sous le nom d'auteur de Babouillec.

Afficher l'image d'origine Afficher l'image d'origine

Partager cet article

Repost 0
12 décembre 2016 1 12 /12 /décembre /2016 09:27

Des cornflakes dans le porridge de Bill Bryson

 

Etabli depuis longtemps en Grande-Bretagne, l'Américain Bill Bryson décide en 1994 de rentrer au pays : ayant été jadis surveillant dans un hôpital psychiatrique près de Londres, il veut tenter de ramener à la raison les trois millions et demi de citoyens des Etats-Unis affirmant avoir été kidnappés par des extraterrestres. Il veut aussi satisfaire son épouse, britannique, qui rêve de magasins ouverts sept jours sur sept jusqu'à 22 heures ; mais il ne quittera pas l'Angleterre avec femme et enfants sans en avoir fait seul le tour complet.

J'ai moins ri qu'en lisant Promenons-nous dans les bois. Le style reste toujours enlevé et caustique. C'est peut-être qu'il est dommage de sortir ce récit de voyage vingt ans après sa réalisation.

Afficher l'image d'origine Afficher l'image d'origine

Partager cet article

Repost 0
9 décembre 2016 5 09 /12 /décembre /2016 09:13

Poupe de François Cérésa

 

 

Le père du narrateur est mort. Il l'appelait : Poupe. C'était un sacré bonhomme avec un sacré caractère. Une force de la nature. Un héros de western. Origine italienne. Il aimait, entre autres, les belles carrosseries, la bonne chair et les parties de tennis avec son fils, qui lui offre dans ce roman le plus beau des tombeaux.

Cet hommage au père est écrit avec les tripes. Il en découle une certaine confusion spatio-temporelle pour le lecteur qui n'a pas partagé cette intimité. De la même façon, des noms très connus apparaissent sans que l'on arrive à faire le lien avec un artisan d'origine italienne de milieu très modeste. C'est très rageur, le fils est très en colère et semble loin d'être apaisé. Ce livre est chaudement recommandé par Jérôme Garcin (Le Masque et la Plume sur France Inter).

Afficher l'image d'origine

Partager cet article

Repost 0
5 décembre 2016 1 05 /12 /décembre /2016 09:00

Un bruit étrange et beau de Zep

 

Où est la valeur d'une vie ? Dans le bruit et la fureur ou dans le recueillement du silence ? Dans ses batailles ou ses renoncements ? William, lui, a choisi la solitude et le silence il y a 25 ans en intégrant l'ordre religieux des chartreux. Quand un héritage le contraint à quitter le monastère pour Paris, c'est tout un monde nouveau qu'il doit apprivoiser, des certitudes longuement forgées à interroger et surtout, son ancienne vie, laissée là, qu'il va retrouver...

Contrairement à ce que pourraient laisser penser la couverture, cette BD n'a rien de mièvre. L'auteur (celui de l'incontournable Titeuf) nous fait partager la spiritualité d'un homme qui est aussi faite de doutes, de compromis. La seule certitude est celle du silence... qui rend si étrange et beau chaque bruit.

Afficher l'image d'origine Afficher l'image d'origine Afficher l'image d'origine

Partager cet article

Repost 0
2 décembre 2016 5 02 /12 /décembre /2016 08:49

L'arbre du pays Toraja de Philippe Claudel

 

Un cinéaste au mitan de sa vie perd son meilleur ami et réfléchit sur la part que la mort occupe dans notre existence. Entre deux femmes magnifiques, entre le présent et le passé, dans la mémoire des visages aimés et la lumière des rencontres inattendues, L'Arbre du pays Toraja célèbre les promesses de la vie.

Ce texte, entre roman et essai littéraire, contient de très belles pages. Mais j'ai été agacée par la vision masculine de la peur de la mort et du vieillissement qui se rassure en faisant des enfants à plus de cinquante ans.

Afficher l'image d'origine Afficher l'image d'origine

Partager cet article

Repost 0