Présentation

  • : Bibliothèque de Saint Savournin
  • Bibliothèque de Saint Savournin
  • : Pour tout savoir sur ce qui se passe à la bibliothèque de Saint Savournin (13)
  • Contact

La bibliothèque est un lieu public. Pendant les heures d'ouverture, vous pouvez y venir sans être inscrit si vous n'empruntez pas de documents.  Les animations et expositions sont ouvertes à tous sans restriction. Invitez vos amis !

Rechercher Sur Le Blog

S'inscrire à la bibliothèque, c'est gratuit pour tout le monde !

21 novembre 2016 1 21 /11 /novembre /2016 11:11

Leçons d'Italie de Marina Stepnova

 

Afficher l'image d'origine

 

Une satire sociale grinçante sur l'amour et la quête de liberté. L'existence d'Ivan Ogariov semblait destinée à une morosité toute soviétique. Une enfance sans amour, un service militaire traumatisant. C'est grâce à sa carrière de thérapeute en clinique privée et à sa clientèle moscovite qu'Ivan relève la tête. Pourtant, à quarante-deux ans, sa vie est superficielle et routinière ; travail la semaine, courses le samedi, visites à ses parents le dimanche et ternes relations conjugales. Cette existence si réglée et sans saveur est bouleversée lors de sa rencontre avec Malia, jeune femme exceptionnelle de vingt-quatre ans.

 

Ce roman russe nous entraine dans la Moscou contemporaine et nous fait toucher du doigt le besoin de liberté que peuvent éprouver certains russes. L'écriture (ou la traduction ?) est parfois un peu confuse, notamment à cause d'allers et retours dans le temps qui nous perdent. Mais l'histoire est tristement belle.

Afficher l'image d'origine Afficher l'image d'origine

Partager cet article

Repost 0
15 novembre 2016 2 15 /11 /novembre /2016 11:00

L'emploi est mort, vive le travail ! de Bernard Stiegler et Ariel Kyrou

 

Afficher l'image d'origine

 

L'automatisation, liée à l'économie des data, va déferler sur tous les secteurs de l'économie mondiale. Dans vingt ans, pas un n'aura été épargné. Les hommes politiques sont tétanisés par cette transformation imminente, qui va marquer le déclin de l'emploi - et donc du salariat. Faut-il s'en alarmer ? N'est-ce pas aussi une vraie bonne nouvelle ? Et si oui, à quelles conditions ? Dans un dialogue très politique et prospectif avec Ariel Kyrou, Bernard Stiegler s'emploie à penser le phénomène qui, nous entraînant dans un déséquilibre toujours plus grand, nous place au pied du mur.
La question de la production de valeur et de sa redistribution hors salaire se pose à neuf : c'est toute notre économie qui est à reconstruire - et c'est l'occasion d'opérer une transition de la société consumériste (la nôtre, celle de la gabegie, de l'exploitation et du chômage) vers une société contributive fondée sur un revenu contributif dont le régime des intermittents du spectacle fournit la matrice.
Cela suppose de repenser le travail de fond en comble pour le réinventer - comme production de différences redonnant son vrai sens à la richesse. Dans l'Anthropocène que domine l'entropie, et qui annonce la fin de la planète habitable, le travail réinventé doit annoncer et inaugurer l'ère du Néguanthropocène - où la néguentropie devient le critère de la valeur au service d'une toute autre économie.

 

Cet essai est court, mais dense. Le vocabulaire est celui de la philosophie et il faut donc parfois utiliser le dictionnaire. Mais les théories avancées sont tellement nouvelles et liées à des problématiques très actuelles que cela vaut vraiment la peine de se creuser un peu la tête pour réfléchir à tous les défis que nous allons devoir surmonter. D'accord ou pas avec l'analyse de Stiegler, sa pensée est au moins loin des discours lénifiants entendus sur la plupart des média.

Afficher l'image d'origine Afficher l'image d'origine Afficher l'image d'origine

Partager cet article

Repost 0
28 octobre 2016 5 28 /10 /octobre /2016 12:13

De terre et de mer de Sophie Van der Linden

 

De terre et de mer -

 

Au début du siècle dernier, Henri, un jeune artiste, parvient sur l’île de B. après un long voyage. Venu rendre visite à la femme qui s’est détournée de lui, il y séjournera vingt-quatre heures, le temps pour lui de déambuler dans ce paysage envoûtant, et d’y faire des rencontres singulières.

 

Ce texte est très court et je l'ai lu après un gros roman. Du coup, malgré la poésie et le charme qui s'en dégage, je n'ai pas réussi à en profiter. A lire donc tranquillement dans un temps entre parenthèses.

Afficher l'image d'origineAfficher l'image d'origine

Partager cet article

Repost 0
21 octobre 2016 5 21 /10 /octobre /2016 13:02

Le jour où le bus est reparti sans elle de Beka et Marko

 

BD LE JOUR OU LE BUS EST REPARTI SANS ELLE

Le jour où le bus est reparti sans elle, Clémentine se retrouve coincée dans une singulière épicerie de campagne, loin de tout… mais jamais aussi près de trouver ce qu’elle cherche : des réponses à ses doutes existentiels. Les histoires zen d’Antoine, l’incroyable épicier, l’expérience de Chantal l’écrivain, le passage de Thomas le PDG-randonneur, vont irrémédiablement changer la vision de la vie qu’avait Clémentine. Comme chacun de ces personnages, la jeune femme va essayer de trouver son chemin vers le bonheur. Même si, comme tous les chemins, il emprunte parfois d’étranges détours…

 

Une "feel good BD" dans un thème très tendance : la zénitude ! Après la lecture, on a plaisir à se remémorer certaines des paraboles zen qui émaillent le texte. Et je me dis que j'ai encore bien du chemin à faire avant d'atteindre la sérénité totale et en toutes circonstances. Spécial dédicace pour Linden qui m'aide bien.

Afficher l'image d'origineAfficher l'image d'origine

Partager cet article

Repost 0
17 octobre 2016 1 17 /10 /octobre /2016 11:52

Chateaux Bordeaux de Corbeyran et Espé

 

Afficher l'image d'origine

 

Suite au décès de leur père, les trois enfants Baudricourt héritent de l'exploitation vinicole familiale, un vaste domaine situé au coeur du Médoc. Les deux frères comptent se séparer rapidement de la propriété et des dettes dont elle est criblée. Mais leur décision est aussitôt remise en cause par la détermination de leur sœur, Alexandra, qui voit dans cet héritage l'opportunité de rebâtir sa vie sur les terres de son enfance. Décidée à reprendre en main le vignoble paternel, Alexandra se retrouve rapidement au pied du mur.

 

Le vin est au cœur de l’intrigue de cette grande fresque familiale qui en est au tome 7, mais n'est pas terminée. Il n'y a rien d'original ni dans le dessin, ni dans le scénario, mais je me suis laissée prendre quand même. Frustration classique de la lecture de BD "à suivre" : il faut attendre un bon moment avant d'avoir la suite...

Afficher l'image d'origineAfficher l'image d'origine

Partager cet article

Repost 0
14 octobre 2016 5 14 /10 /octobre /2016 08:24

L'amie prodigieuse (1) et Le nouveau nom (2) de Elena Ferrante

 

Afficher l'image d'origine Afficher l'image d'origine

 

A la fin des années 1950, Elena et Lila vivent dans un quartier défavorisé de Naples. Malgré des études brillantes, Lila abandonne l'école pour travailler avec son père dans sa cordonnerie. Elena, soutenue par son institutrice, étudie dans les meilleures écoles. Durant cette période, elles suivent des chemins qui se croisent ou s'écartent. Prix des libraires du Québec 2016 (roman hors Québec).

 

Cette saga italienne en 4 volumes n'est disponible que pour les deux premiers titres en français. Les personnages ont de fortes personnalités et on entend à la lecture les cris dans les rues de Naples. Le rythme est irrégulier, mais j'ai quand même bien envie de lire la suite. C'est pour quand, Monsieur Gallimard ?

Afficher l'image d'origineAfficher l'image d'origineAfficher l'image d'origine

Partager cet article

Repost 0
12 octobre 2016 3 12 /10 /octobre /2016 12:20

La succession de Jean-Paul Dubois

 

La Succession

 

Paul Katrakilis vit à Miami depuis quelques années. Jamais il n’a connu un tel bonheur. Pourtant, il se sent toujours inadapté au monde. Même la cesta punta, ce sport dont la beauté le transporte et qu’il pratique en professionnel, ne parvient plus à chasser le poids qui pèse sur ses épaules. Quand le consulat de France l’appelle pour lui annoncer la mort de son père, il se décide enfin à affronter le souvenir d’une famille qu’il a tenté en vain de laisser derrière lui.

 

Ce roman se lit facilement. Il nous emmène dans un univers familial foutraque avec une succession - eh oui ! - de situations improbables. De l'humour, mais pas d'espoir. C'est peut-être ce qui m'a perdu : je n'ai rien trouvé à quoi m'accrocher, et je n'ai pas trop accroché.

Afficher l'image d'origineAfficher l'image d'origine

Partager cet article

Repost 0
10 octobre 2016 1 10 /10 /octobre /2016 14:07

Le carrefour de Arnaud Floc'h

 

Afficher l'image d'origine

 

En mai 1968, l'enquêteur assureur Elias Baumer accepte une affaire qui le conduit dans un village où un carrefour est connu pour les nombreux accidents qu'il provoque. Celui-là même où sa vie a basculé des années plus tôt. Il est rejoint par sa fille Marianne.

 

Toute l'histoire fait long feu et les dessins ne suffisent pas à sauver le scénario peu crédible.

Afficher l'image d'origine

Partager cet article

Repost 0
7 octobre 2016 5 07 /10 /octobre /2016 13:59

Un dangereux plaisir de François Vallejo

 

Afficher l'image d'origine

 

En dépit de la nourriture infâme que ses parents lui imposent et qu'il rejette, Elie Elian s'attarde à l'arrière du restaurant qui vient d'ouvrir dans leur quartier. Les gestes qu'il observe et les effluves qu'il inhale sont une révélation. La découverte des saveurs d'une tarte aux fraises offerte par une voisine achève de le décider : il sera cuisinier.

 

Ce roman nous plonge dans l'univers de la gastronomie, mais pas celui feutré, esthétique, confortable que l'on pourrait imaginer. Le héros est toujours très "border line" et cela distille tout au long de l'histoire un malaise qui ira crescendo jusqu'à une fin des plus étranges.

Afficher l'image d'origineAfficher l'image d'origine

Partager cet article

Repost 0
3 octobre 2016 1 03 /10 /octobre /2016 13:49

Tocqueville : vers un nouveau monde de Kévin Bazot

 

Afficher l'image d'origine

 

Eté 1831. Alexis de Tocqueville et Gustave de Beaumont entreprennent un voyage aux Etats-Unis, dans la région des Grands Lacs, à la limite de la civilisation occidentale. Ils explorent les forêts sauvages, font le constat du déclin de la population indienne, de l'avancée inexorable de l'homme blanc et de l'urbanisation intense. Un portrait de l'Amérique des pionniers.

 

Cette BD est librement adaptée de "Quinze jours dans le désert" d'Alexis de Tocqueville. Ce récit de voyage est très intéressant et permet de mettre en perspective les idées qui agitaient les milieux intellectuels européens à cette époque. Ce texte peu connu de Tocqueville mérite d'être mis en avant. Les dessins, sans originalité particulière, nous montrent toute la splendeur de ce "désert" recherché par Tocqueville et Beaumont.

Afficher l'image d'origineAfficher l'image d'origine

Partager cet article

Repost 0